Ce matin, sur le marché des Enfants Rouges, nous avons échangé avec quelques habitants sur le sujet des commerces de proximité.

Une simple promenade un samedi après-midi en est l’illustration parfaite :

Rideaux métalliques baissés, la plupart des boutiques sont fermées, au plus grand désarrois des habitants et des promeneurs venus admirer les beautés architecturales du quartier.

La diversité de l’activité économique, notamment le manque flagrant de commerce de proximité est une des failles du 3e arrondissement.

Si la solution doit être développée au niveau local, les outils pour mettre en place cette diversité économique sont à voter à l’Assemblée.

Le bien-vivre ensemble, n’est pas une utopie, notre territoire a besoin de ces commerces de proximité qui développent le lien social et favorisent l’attractivité de nos quartiers.

Si je suis élue députée, je m’engage à travailler sur la valorisation du commerce de proximité en milieu urbain et tout cela en dehors d’un esprit partisan.

Ce qui compte, c’est l’intérêt général.

Osez une politique différente.